Asphyx – « Tout tourne autour du riff et rien que du puissant riff ! »

Epiphone DR-100 Dreadnought Review (2021) – Meilleure guitare acoustique pour débutant
8 juin 2021
Interview : Matthew ‘Mattfig’ Figurski, créateur du profil de Kemper
8 juin 2021

Après dix albums sur près de 35 ans, on s’attendrait à ce qu’Asphyx l’appelle dans une certaine mesure. Ce n’est pas le cas avec le nouvel album Necroceros, dans lequel les légendes néerlandaises du doom-death livrent 35 minutes de leur signature death metal rauque et rauque ainsi que deux tranches de sept minutes de doom metal influencé par la mort.

Ce qui rend cet exploit encore plus impressionnant, c’est que, ces jours-ci, le groupe ne contient aucun membre original, mais parvient toujours à continuer à faire évoluer le son du groupe sans perdre ce qui a fait d’Asphyx une force si formidable en premier lieu. Le guitariste Paul Baayens a rejoint le groupe après leur reformation en 2007 et a dirigé les riffs du groupe à travers trois albums (2007’s La mort… la voie brutale, 2016 Mort imminente et maintenant Nécrocéros) qui jouent sur les forces du groupe (thrashing death et doom classique) tout en gardant le son moderne.

Nous avons rencontré Baayens pour parler de l’écriture pour plusieurs groupes à la fois, de son Ibanez Falchion distinctif et du riff tout-puissant.


Le nouveau disque sonne comme une tuerie. Comment pensez-vous qu’il s’intègre dans le catalogue Asphyx ?

Merci beaucoup! Nous sommes super heureux de la façon dont tout s’est passé.

Le nouveau disque est en quelque sorte un prolongement de nos précédents travaux. Deux nouveaux morceaux font suite à des chansons de notre précédent album en fait. Je pense que Necroceros a un côté sombre et menaçant. Pour moi, il capture l’ambiance des albums les plus récents ainsi que des albums plus anciens et sombres d’Embrace The Death.

Quand il s’agit d’écrire du nouveau matériel Asphyx, écrivez-vous spécifiquement pour le groupe, ou prenez-vous tous les riffs que vous avez et les séparez-vous comme « ça sonne comme Asphyx, ça sonne comme Siege Of Power, ça sonne comme Thanatos » ?

En fait, cela se produit dans les deux sens. Parfois, j’écris spécifiquement pour l’un des groupes. Pour certains riffs, c’est assez évident. Je veux dire, quand il s’agit de Siège du pouvoir, il s’agit principalement de style punk et crossover, avec de courtes chansons percutantes.

Pour Thanatos l’agressivité et généralement le tempo élevé sont beaucoup plus répandus, mais cela Ressentir légèrement changé sur le dernier album ‘Violent Death Rituals’.

Asphyx a beaucoup d’influences Venom, Celtic Frost, Black Sabbath et old metal où les changements de tempo soudains sont plus que bienvenus. Le mélange de riffs quelque peu chaotiques et de lourdes mélodies doomy est typique d’Asphyx. Parce que j’utilise pour ce groupe deux stacks, parfois lors d’un soundcheck, de nouveaux riffs apparaissent à cause de l’énorme mur de sons. Souvent, le batteur Husky entre en jeu et de nouvelles idées surgissent immédiatement.

Mais franchement, au fil des années, il s’est produit avant que certains des riffs semblaient être interchangeables. En raison d’une manière différente d’écrire des chansons et d’arranger, les riffs ont une autre sensation. Chaque membre du groupe ajoute sa propre saveur et son propre style, de sorte qu’un certain riff sonne généralement complètement différent à la fin.

En entrant en studio, aviez-vous en tête des disques spécifiques auxquels vous vouliez ressembler ou considérez-vous qu’Asphyx a son propre son ?

Eh bien, nous n’étions pas tout à fait prêts avant de créer notre son. C’est en fait pourquoi nous voulions travailler avec un mélangeur différent cette fois-ci. Depuis plus de dix ans, j’ai/nous travaillons fréquemment avec Dan Swanö. C’est toujours un plaisir de travailler avec lui. Il est capable de créer un son génial et il répond aux différents besoins de chaque groupe.

Cette fois, nous avons essayé plusieurs mélangeurs, car nous étions toujours curieux de savoir comment les autres ingénieurs du son aborderaient le puissant son Asphyx. Le mixeur Seeb Levermann était définitivement un bon candidat. Sur cet album, le batteur Husky voulait plus un live Ressentir sur cet album en montant davantage les cymbales par exemple et j’avais en tête le son de la guitare live. Il y a un peu moins de crunch et plus de définition dans les guitares. En combinaison avec la basse sale, nous avons construit un mur de sons de guitare.

Quel matériel as-tu utilisé sur ce disque ?

Honnêtement, en termes de vitesse, pas tant que ça. Pour enregistrer des démos et des albums, je branche directement l’interface, car tout est généralement réampé plus tard de toute façon.

L’année dernière, j’ai dû mettre à niveau mon logiciel et je suis passé de

Pour le dernier album d’Asphyx Necroceros j’ai surtout utilisé un Ibanez Falchion, que j’utilise également dans les performances live. Malheureusement, ils ont cessé de les fabriquer, car cette guitare est confortable à jouer et en quelque sorte pas chère du tout. Pour la chanson D tuned je compte toujours sur mes fidèles Bc Rich Warlock Deluxe.

J’ai essayé plusieurs médiators cette fois-ci, des plus fins pour la partie claire de Three Years of Famine aux médiators plus épais pour la sélection de trémolo plus rapide, en particulier sur la corde 0.59. Quand je joue, j’utilise souvent 0.88 sur mesure Dunlop sélections.

Approchez-vous le ton de votre album différemment de votre ton live, ou visez-vous à les garder cohérents/recréer le ton live enregistré ?

Pas vraiment, il devrait y avoir un son cohérent. Je me sens très à l’aise avec le son live que j’ai maintenant pour tous les groupes. Il y a plusieurs années, j’avais un joli rack 19″ avec effets, mais après plusieurs voyages en avion, j’ai dû opter pour le moins c’est plus d’approche. Pour Asphyx j’utilise le canal clair d’un Peavey 6505+ et un fait main Earforce ampli. La combinaison avec mon SerréMétal pédale de Amptweaker me fait toujours sourire. Aimez simplement ce son épais et puissant.

Pour Thanatos cependant, et à l’époque avec Hail of Bullets, j’utilise principalement la distorsion du Marshall 900.

L’enregistrement du disque a été partagé entre Tom Meier et votre propre Mörserstudio – était-ce pour enregistrer la batterie dans une salle plus grande, ou y avait-il d’autres facteurs ? Covid a-t-il jeté une sorte de clé dans les travaux jusqu’à l’enregistrement?

Le studio de Tom Meier est idéalement situé à proximité et le suivi de la batterie et du chant est décontracté. Avec l’album Deathhammer, j’ai commencé à enregistrer les guitares et la basse dans mon propre studio. Je n’ai rien à programmer ni à compter sur la disponibilité des autres. Quand l’inspiration surgit, c’est super facile d’enregistrer dans mon propre studio.

Peut-être que pour le processus de Necroceros, c’était un peu utile de ne pas avoir à faire de spectacles. Après avoir enregistré environ 6 chansons, j’ai découvert que la batterie de ma guitare était sur le point de mourir, donc à la fin j’ai dû tout recommencer. En plus de cela, l’ensemble du processus a pris plus de temps que je ne l’espérais.

Que se passe-t-il avec Siege of Power ces jours-ci ? Pouvez-vous voir ce groupe faire un autre album ? Est-ce difficile de faire vivre un groupe avec des membres des deux côtés de l’Atlantique ?

Nous avons en fait écrit quelques chansons. Le processus d’écriture est un peu lent avec Siège du pouvoir cependant, ce qui est en partie dû au temps que nous avons pour les groupes principaux. Bob Bagchus a plusieurs projets en cours et le chanteur Chris Reifert a également sa part d’activités musicales. Alors oui, nous ne ressentons pas trop de stress et de pression en ce moment même. Peut-être que le temps de verrouillage ennuyeux pourrait nous donner un léger coup de pouce dans la bonne direction.

Vous êtes un artiste qui soutient Ibanez depuis un certain temps – qu’est-ce qui fait d’Ibanez votre guitare de prédilection ?

Dès l’instant où j’ai commencé à jouer de la guitare, je suis tout de suite tombé amoureux de la forme élégante du RG Ibanez. Ils se sentent juste bien, comme une veste en cuir confortable. Après avoir joué au Maryland Deathfest en 2009, j’ai emprunté un Ibanez Xyphos. Avec une guitare en bois aussi pointue, vous ne pouvez pas avoir l’air plus métal que ça. Haha. Je finis par acheter divers types d’Ibanez RG et X.

Vous jouez dans des groupes de death metal depuis longtemps – y a-t-il des groupes que vous pensez qui auraient dû être énormes et que les gens pourraient écouter ?

Je n’écoute pas que du death metal. Récemment, j’ai acheté deux albums du groupe de heavy metal suédois RAM, Lightning to the Nations 2020 de Diamond Head, Bad Reputation de Thin Lizzy et Intermission de Dio. Donc en gros je suis dans un kick metal classique et heavy en ce moment. Haha. Je suis très curieux de connaître la nouvelle version du Swedish Dead Awaken, le prochain institut de thrash néerlandais DeadHead et le German Desaster.

Enfin, pour quelqu’un qui ne connaît peut-être pas Asphyx mais qui souhaite essayer d’apprendre l’une de vos chansons, pourriez-vous suggérer de bons points de départ ?

Je suppose que ce sera Deathhammer, puisque cette chanson a été reprise par beaucoup de gens et de groupes. Si vous voulez opter pour des mélodies plus doom, alors je recommanderais Three Years of Famine de notre dernier album Necroceros. Asphyx n’est pas exactement connu pour ses chansons complexes et virtuoses, elles devraient donc être assez faciles à apprendre. Rappelez-vous : tout tourne autour du riff et rien que du puissant riff !